Cartouche du Lebel

Cartouche du Lebel 1886

 

Cette cartouche a été trouvée à 15 cm de profondeur

 
 

Cartouche du lebel 1886 vide

Chelsea se pose des questions

 

Malgré leur deuxième place en Premier League, les Blues de Chelsea ne sont pas satisfaits de leurs dernières prestations. Battus une nouvelle fois sur leur pelouse par Arsenal le week-end dernier, les Londoniens lâchent des points précieux à domicile. Et ça inquiète...

Chelsea pointe à la deuxième place du championnat. A un petit point de Liverpool. Une situation confortable du point de vue comptable. Et pourtant, les Blues se posent des questions ces derniers temps. La défaite contre Arsenal (2-1) a même semé des doutes chez les Londoniens, qui n'ont remporté que deux de leurs sept derniers matches. Un bilan qui ne peut pas aller quand on s'appelle Chelsea. "Nous avons certains résultats décevants mais nous ne sommes pas encore à noël", avoue Peter Kenyon, le directeur-général du club londonien.

Les Blues donnent en effet l'impression de marquer le pas. S'ils n'ont pas encore assuré leur avenir européen avant de recevoir Cluj, les coéquipiers de Franck Lampard sont actuellement moins séduisants qu'en début de saison. Et surtout, Stamford Bridge n'est plus une forteresse imprenable. Il y a un mois, Liverpool avait mis un terme à une longue série d'invincibilité des Blues à domicile (86 matches). Dimanche dernier, ce sont les Gunners qui ont fait la loi sur la pelouse de Chelsea. Résultat : Nicolas Anelka et compagnie ont déjà lâché 12 points sur leur terre (3v-3n-2d).

Un bilan qui agace John Terry au plus haut point. Pour lui, si les Blues veulent lutter pour le titre, ils n'ont pas le droit de laisser passer autant de points chez eux. Le capitaine des Blues est donc monté au créneau : "Ilfaut être honnête : après ce que l'on a fait ces dernières semaines, il faut revenir aux bases. Remporter des trophées majeurs est difficile. Il faut travailler et encore travailler pour être meilleur que les autres grandes équipes. Il faut que nous travaillons ensemble pour former un vrai groupe". En clair : il faut retrouver des valeurs qui ont fait le succès des Blues ces dernières années.

Car un constat s'impose : Chelsea est une équipe plus séduisante sous Luiz Felipe Scolari qu'elle ne l'était sous Jose Mourinho mais elle ne sait plus tenir un résultat et "gagner laid". Et ça peut faire la différence sur le long terme. Les blessures de piliers comme Essien, Ricardo Carvalho ou encore les absences répétées de Drogba y sont d'ailleurs sûrement pour quelque chose. Si des rumeurs sur un éventuel départ de Scorali ont été balayées de la main par Kenyon, Chelsea devra toutefois vite rebondir pour ne pas laisser le doute s'installer. Ce weekend semble d'ailleurs l'occasion rêvée pour repartir : les Blues jouent en effet à l'extérieur où leurs parcours est presque parfait avec sept matches gagnés en Premier League en marquant 19 buts et en encaissant un seul. Et pour couronner le tout, ils se déplacent à Bolton où ils n'ont pas lâché un seul point et concédé le moindre but depuis cinq ans. Voilà de quoi redonner le sourire à Terry...

Chelsea, c'est reparti

 

Après trois matches sans victoire, Chelsea s'est repris à Bolton (0-2) lors de la 16e journée de Premier League. Un succès qui permet aux Blues de conserver leur 2e place à un point de Liverpool, tombeur de Blackburn (3-1). MU, vainqueur sur le fil face à Sunderland (1-0), complète le podium.

PREMIER LEAGUE - 16e JOURNEE

BOLTON - CHELSEA : 0-2
Buts : Anelka (9e) et Deco (21e)

L'air de rien, en quelques mois Luiz Felipe Scolari a fait la révolution à Chelsea. Le succès à Bolton (2-0) n'en est qu'une preuve supplémentaire. Sous l'ère Jose Mourinho, les Blues étaient maîtres absolus chez eux. Une époque révolue depuis les deux revers successifs face à Liverpool (0-1) puis Arsenal (1-2) après quatre ans et demi d'invincibilité en championnat. Désormais, les Londoniens sont des gens du voyage, vainqueurs au Reebok Stadium de leur septième match... en sept déplacements. Sous la baguette de Mourinho, Chelsea était une équipe très physique. Désormais, c'est l'inspiration et la qualité technique qui prévalent. En ce sens aussi, le voyage à Bolton n'a été que la confirmation de ce nouveau modus operandi.

Anelka soigne son retour

Si Chelsea s'est redéfini une nouvelle identité, Bolton a payé cher en première période ses propres expérimentations en la matière. Quarante-cinq minutes durant, les Wanderers mirent au placard leur football ultra-direct pour des tentatives plus léchées. Erreur majeure vite châtiée par les visiteurs à commencer par un certains Nicolas Anelka, ancien de la maison. Sur un excellent centre de l'intenable Bosingwa, le Français inscrivait de la tête son 13e but de la saison (9e, 1-0) et signait ses retrouvailles de la plus belles des manières. Une dizaine de minutes plus tard, Deco cachetait du sceau de la classe le chef d'oeuvre du jour avec un retourné acrobatique imparable (21e, 2-0). En seconde période, face à un Bolton revenu à son jeu long et aérien traditionnel, Chelsea a souffert, confirmant son léger déficit dans l'impact physique. Mais Chelsea a tenu. Comme à l'époque de Mourinho. Il y a des habitudes qui ne perdent pas...

MANCHESTER UNITED - SUNDERLAND : 1-0
But : Vidic (90e)

En une fraction de seconde, Vidic a mis fin à une heure et demi de frustration et achevé en beauté la semaine de Manchester United. Qualifié pour les demi-finales de la Carling Cup et solide troisième derrière Liverpool et Chelsea, les Red Devils n'ont dû leur salut qu'à une reprise de l'international serbe à la réception d'une frappe de Carrick repoussée par le poteau (1-0, 90e). Ultra dominateur, le champion d'Europe, toujours en course pour un quadruplé historique, s'était jusqu'alors cassé les dents sur une défense héroïque des Black Cats, bien aidée par les exploits de son portier Martin Fulop.

Fulop, héros malheureux

Le gardien hongrois, auteur de son meilleur match en Premier League, réalise des prouesses sur une frappe en pivot de Berbatov (12e), un missile de Rooney (15e) et deux tirs à ras de terre de Park (28e) et Carrick (55e), est sauvé par le tacle impérial de Taino sur Andersson (82e) et bénéficie d'un brin de réussite sur la tête de Berbatov (75e). Avec un brin de réussite, Sunderland aurait même pu remporter sa première victoire à Old Trafford depuis quarante ans sur un centre-tir de Diouf. Malheureusement pour l'équipe du port du Tyne et Wear, la roue aura tourné dans les arrêts de jeu, avec une septième défaite en huit matchs au bout du chemin, après la démission de son coach Roy Keane. Les Red Devils, eux, auront offert à leur taulier sa 500ème victoire mancunienne en vingt-deux ans. Le bonheur et le malheur ne tiennent parfois qu'à un fil.

ARSENAL - WIGAN : 1-0
But : Adebayor (16e)

BLACKBURN - LIVERPOOL : 1-3
Buts : Santa Cruz (86e) pour Blackburn et Xabi Alonso (69e), Benayoun (79e), Gerrard (90e) pour Liverpool

FULHAM - MANCHESTER CITY : 1-1
Buts: Bullard (27e) pour Fulham et Benjani (5e) pour Manchester City

HULL CITY - MIDDLESBROUGH : 2-1
Buts : Turnbull (82e, c.s.c.), King (85e) pour Hull City et Tunçay (79e) pour Middlesbrough

NEWCASTLE - STOKE CITY : 2-2
Buts : Owen (9e, 25e) pour Newcastle et Sidibé (60e), Diagne-Faye (90e) pour Stoke

AFP - Dave APPADOO et Julien BIGORNE

 

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. julie 01/11/2008

depuis que louis ma montré ton site j y vais presque tout les jours

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×